bigbang-bae-bae

On a failli attendre : les BIGBANG sont enfin de retour, après pas moins de 3 ans d'attente depuis leur dernier album en formation complète. Et comme de coutume avec leur maison de disques, la superpuissance YG Entertainment, leur comeback s'accompagne d'une campagne particulièrement complexe et ambitieuse. En effet, à compter de mai, et chaque début de mois jusqu'en septembre, le groupe dévoilera deux nouveaux titres, qui constitueront leur tout nouvel album, intitulé MADE. C'est donc avec deux clips inédits, "Loser" et "Bae Bae", que l'on retrouve le boyband le plus charismatique de la planète.

 

Que s'est-il passé durant les 3 ans qui nous séparent de la sortie de leur dernier disque en date, Alive ? Des tournées marathon à travers le monde, des projets solo impeccables, et un paysage musical qui a beaucoup évolué depuis l'époque du club banger "Fantastic Baby". En 2015, BIGBANG n'est plus un simple groupe k-pop parmi les centaines d'autres qui défilent chaque semaine dans les émissions coréennes. Musicalement et visuellement, ils sont condamnés désormais à l'excellence, au renouveau, à la prise de risques. C'est la raison pour laquelle "Loser" et "Bae Bae" pourront se révéler un peu déroutants à la première écoute.

 

Déjà, on peut trouver assez bizarre de démarrer une nouvelle ère par deux ballades. Dans une veine très r'n'b, les deux titres se distinguent surtout par l'ambiance de leurs vidéos. Sur "Loser", les BIGBANG sont en plein nervous breakdown, et certains fans auront la désagréable surprise de voir Daesung se prendre une méchante raclée par une bande de voyous. La chanson n'est vraiment pas inoubliable et s'inscrit dans la droite lignée des slow jams ultra léchés des derniers albums solo de G-Dragon et Taeyang.

 

En revanche, c'est sur "Bae Bae" que l'on découvre une facette plus mature (dans le sens XXX du terme) du groupe. Avec ses grosses allusions sexe et son atmosphère trippy et psychédélique, le clip a naturellement été interdit d'antenne en Corée (notamment à cause de "la scène de la seringue", déjà un classique). Même si tout est suggéré, on ressort du visionnage avec l'impression d'avoir vécu un petit moment d'intimité avec chaque membre du boyband. Hashtag fan service.

 

Autant vous dire que le succès de ces deux titres est déjà au rendez-vous, avec des records de ventes et de visionnages à la clé. Les mecs sont à un stade intéressant de leur carrière, où leur popularité maousse et indéfectible en Corée et partout dans le monde leur permet de mettre le curseur un peu plus haut en termes d'originalité, et de s'aventurer sur de nouveaux territoires. La question est de savoir s'ils vont saisir ces opportunités. On en saura un peu plus le 1er juin, avec la sortie de deux nouveaux titres.