hurts-beautiful-ones

Le groupe anglais Hurts est enfin de retour sur les ondes, après leur très mitigé troisième album, Surrender. Sorti en 2015, ce dernier ne nous avait pas laissé de souvenir mémorable, bien trop "OneRepublic-esque" et probablement contaminé par le featuring avec Calvin Harris sur le titre "Under Control" l’année précédente. Elle est bien loin l’époque de "Wonderful Life", leur premier titre et sans doute le plus emblématique, celui qui les avait lancés et qui signait une marque de fabrique, à l’époque novatrice : une musique pop dramatique et mystique à l’esthétique très soignée, menée par la voix grave, presque caverneuse, de Theo Hutchcraft. On se souvient encore de ce duo avec Kylie Minogue, "Devotion", pièce maîtresse de leur premier album Happiness sorti en 2011.

 

C’est donc six ans et trois albums plus tard que le groupe revient avec "Beautiful Ones", un titre hybride de leurs expériences passées. Une mélodie simple et crescendo, cette voix qui vous caresse toujours autant les oreilles et des refrains explosifs aux notes mainstream (les boucles tropicales ont encore de beaux jours devant elles). Pas une seule touche d’ésotérisme dans ce titre (dommage) mais des paroles fédératrices servies par un clip coup de poing. C’est le cas de le dire. Construit à l’envers, la video présente Theo, moitié nu et recouvert de sang et remonte le fil de son agression jusqu’à devenir une belle femme, celle qu’il était au début de sa soirée. Un clip assez violent, dans l’air du temps, mais un très beau clip tout de même pour cette "empowering song".