katy-perry-bon-appétit

En dévoilant "Bon Appétit", deuxième extrait de son quatrième album à venir (Witness, qui sera en ligne le 9 juin), Katy Perry ne s'attendait sans doute pas à un accueil aussi glacial dans les charts. Un peu racoleur sur les bords avec ses paroles salaces et ses gimmicks abrutissants, le titre n'est pas parvenu à convaincre les fans et le grand public. Qu'à cela ne tienne, la vidéo est apparue sur les internets ce weekend, abandonnant l'option de faire passer ce flop pour un buzz single.

 

Le clip, réalisé par Dent de Cuir, un collectif de vidéastes franco-canadiens assez barrés, reprend littéralement le contenu de la chanson : Katy Perry passe à la casserole, for real (pour rappel, le titre est une succession de jeux de mots érotico-culinaires, avec des versions anglo-saxonnes d'expressions telles que "je suis chaude comme une baraque à frites", "viens me pétrir les miches", etc). Ainsi, la chanteuse délurée se prépare à être cuisinée (par le grand chef Roy Choi) et servie en plat de résistance à une assemblée de convives lors d'une soirée dans un strip club. Du grand n'importe quoi assez gênant.

 

Mais alors que les rappeurs de Migos entament leur rap dans le carré VIP ("viens goûter ma crème fouettée", un truc du genre), retournement de situation : ce sont les invités qui finissent dans l'assiette de Katy Perry, dans une scène finale que les amateurs de cannibalisme apprécieront à sa juste valeur. C'est tout le génie de l'esprit malade de l'interprète de "Dark Horse" : transformer une vidéo clickbait, absurde, plutôt moche et vaguement gore, en un "statement" féministe : mec, tu m'as prise pour une quiche ou un bout de viande, alors que le repas, c'est toi. Katy, qui s'est récemment autoproclamée "queen of innuendo" (reine du sous-entendu) est même allée plus loin, en proposant un "Bon Appétit Challenge" à son jeune fanclub : il s'agit de se filmer en train de se faire "saucer" comme dans le clip de la chanson. Ainsi, on peut voir sur les réseaux sociaux des milliers d'ados du monde entier s'asperger le visage, réalisant le plus grand bukkake subliminal de l'histoire de la pop. Cette femme prend décidément son job de popstar (corrompre la jeunesse) très au sérieux.