On entend souvent les plus anciennes d'entre nous se plaindre qu'il n'existe plus de grandes figures de la nuit gay underground. C'est à croire qu'ils n'ont jamais entendu parler de Mary-L. Sortez un peu de chez vous : Mary-L, la nouvelle grande patronne belge de la décadence, se produit dans les meilleures soirées queer du moment avec ses tenues outrageantes et son eurodance de contrebande. "Body Léopard", "Planète Mary-L" ou "Filles à papa" : autant de classiques que les connaisseurs se refilent sous le manteau, dans les effluves de poppers éventé.

 

A mesure que le temps passe, la musique de Mary-L s'est "professionnalisée". La pop de ducasse joyeuse et naïve des débuts s'est peu à peu transformée, au fil des collaborations, en morceaux de plus en plus expérimentaux aux ambiances kinky étonnantes. C'est le cas de son dernier titre, "La Emoción", sur lequel la Queen de Charleroi chante la révolution sexuelle et donne les pleins pouvoirs aux désirs charnels, le tout en espagnol, sur une bande-son en équilibre entre l'italo disco et la synthpop de PC Music.

 

Et pour le clip, alors là accrochez-vous. Avec son traitement VHS qui donne l'impression de découvrir une sextape tournée dans les 90's, la vidéo est une succession de scènes plutôt NSFW, entre imagerie BDSM et joyeux gangbang. Le réalisateur Riyad Amar s'est inspiré notamment du fameux "Erotica" de Madonna, et on retrouve en effet la même ambiance de sexe interlope : fetish du cuir, cravache qui démange, excitation et frisson de l'interdit. Mary-L, grande maîtresse dominatrice des dancefloors, bientôt dans une backroom près de chez vous.