Cher Lloyd, on est encore peu à la connaitre en France. En fait, il s'agit d'une des candidates du dernier X Factor anglais. Eliminée peu avant la finale, elle aura marqué les esprits : elle fut l'une des candidates les plus détestées du show, sa spécialité étant de massacrer des tubes en y ajoutant des couplets rap, un peu comme le font les Black Eyed Peas quand ils manquent d'inspiration (tout le temps, donc). Avec sa fausse street attitude de gamine élevée aux singles de Tinchy Stryder et Chipmunk (hitmakers pop anglais déguisés en produits hip hop pour ados), on était à peu près certains de la revoir signée sur Syco, le label de Simon Cowell, à la fin de l'émission. Et la voilà aujourd'hui avec ce premier single, "Swagger Jagger".

 

Outre sa touche de radasse surlookée, sa voix de canard à l'orange et les paroles indigentes sur le mode "si tu m'aimes pas, sale rageux, c'est que t'es un gros jaloux de ma dégaine de bonnasse", force est de constater que le titre est efficace, mais voilà... On aurait préféré que ce morceau soit chanté par quelqu'un d'autre, avec des lyrics un peu moins stupides. On aurait peut être juste aimé que le produit Cher Lloyd, version Minikeum de Cheryl Cole en plus vulgos, n'existe pas. Preuve indiscutable de l'image catastrophique de la chanteuse : sur ses pages vues YouTube, 15 000 aiment, 33 000 n'aiment pas. Mais comme le dit Cher, ce sont que des haters, ils ont rien compris.

 

Douce ironie du truc : ces pouffes à la Cher Lloyd sont fabriquées à la chaine par l'industrie, mais trouvent encore le moyen de se targuer d'originalité et d'anticonformisme, et semblent d'ailleurs tout miser sur leur personnalité de peste. Suivez mon regard vers Jessie J... Mais le plus désespérant dans cette histoire, c'est que le public suit. Tandis que l'excellent "Beat Of My Drum" de Nicola Roberts dégringole dans les profondeurs des charts anglais, "Swagger Jagger" va sans doute cartonner. L'époque où les ados anglais dictaient le cool au reste du monde semble bel et bien révolue.