Imaginez la pire soirée de votre vie. Vous êtes, je sais pas, au Touquet hors saison, vous décidez d'aller en boîte avec une amie. Ca va déjà pas très fort (quelle idée d'aller au Touquet aussi) mais en plus, la boîte est vide à l'exception de quelques locaux désoeuvrés qui dansent mollement sur du Sean Paul. Le barman tire une gueule de trois mètres de long, les fauteuils du club ont l'air plus vieux et élimés que Michou et Orlando réunis. Il fait sombre, tout a l'air cheap, vous décidez de vous bourrer la gueule et c'est le moment que choisit Stéphane, 45 ans, pour vous aborder et vous offrir un verre. Il vous parle de son boulot de saisonnier dans un bar à moules, se plaint du peu d'opportunités de rencontres et vous dit qu'il vous trouve assez beau garçon dans votre genre. Vous essayez de vous enfuir, mais vous êtes obligé d'attendre votre meilleure amie qui semble s'être endormie dans les toilettes. Stéphane a le regard vitreux et l'haleine chargée, et diffuse à intervalles réguliers des effluves de sueur et d'aftershave bon marché. Le DJ enchaîne avec du Michel Telo. Quelques gamines en surpoids poussent un petit cri d'excitation et se précipitent sur la piste. Vous voulez mourir.

 

Ce scénario catastrophe n'est que pure fiction. Et pourtant, après le visionnage du dernier clip de Little Boots, c'est comme si vous l'aviez vécu. Quelle catastrophe cette vidéo. Tout y est cheap et glauque comme si tout cela était vraiment arrivé. On ressent la même détresse poisseuse en voyant défiler ces images tristes, cette réalisation fauchée.

 

Ironie du sort, ce clip calamiteux est censé faire la promotion d'un des meilleurs titres de Little Boots, "Headphones", ce genre de tube de l'été immédiat qui rameute tout le monde sur le dancefloor avec son refrain nigaud et ses basses disco. Qu'est-ce qui peut bien pousser cette fille si talentueuse à systématiquement se fourvoyer dans des vidéos moches et embarrassantes ? Rappelez-vous de "New In Town", où elle dansait entourée de SDF dans une décharge. Mais POURQUOI ??? Pourquoi Victoria semble sans cesse se tirer une balle dans le pied ? On dirait qu'elle ne veut vraiment pas devenir une popstar, être populaire, vendre des disques. Il n'y a rien de plus triste qu'une artiste pop qui se planque derrière une crédibilité indé par peur du succès, par manque d'ambition. Peut-être qu'elle n'a juste pas d'argent pour tourner ses vidéos. Peut-être que son label ne croit pas en elle. Peut-être est-elle très mal entourée. En tous les cas, si j'ai un conseil à vous donner : oubliez ce clip. "Headphones" est aussi radieux, enjoué et tubesque que sa mise en images est navrante.