Dans le monde de la pop music, il suffit parfois de peu de choses pour que le secret le mieux gardé de la planète devienne un phénomène mainstream que tout le monde s'arrache. Lorsque Loreen, 28 ans, ancienne candidate de Swedish Idol en 2004, décide de se représenter au concours Melodifestivalen de cette année (après avoir essuyé un premier échec en 2011), elle ne s'attendait sans doute pas à se retrouver, quelques mois plus tard, en tête de presque tous les charts européens avec son titre "Euphoria".

 

"Euphoria", c'est un peu le cheval de Troie de la scandipop. Faire entrer dans tous les foyers d'Europe ce son un peu dark, synthétique et sensible grâce au concours de l'Eurovision est une idée de génie. Robyn ou Avicii étaient parvenus à infiltrer les ondes avec plus ou moins de réussite, mais Loreen est la première à profiter d'une visibilité aussi maousse. Sa victoire d'hier soir, c'est aussi un peu la nôtre, celle des blogs pop. C'est la victoire de ceux qui ont toujours su que la pop scandinave était de loin la meilleure, la plus influente (la plupart des plus grosses chansons pop US et coréennes sont écrites et composées par des Suédois ou des Norvégiens) et la plus injustement ignorée. C'est la victoire de Popjustice ou Scandipop.co.uk, c'est la victoire de tous nos amis qui postent des clips de The Sound Of Arrows sur leur Tumblr depuis des années. C'est la victoire de tous les amoureux d'une pop music différente, altière, aguicheuse et efficace, commercialement viable mais avec un petit supplément d'âme que n'auront jamais aucun David Guetta, aucune Jessie J, aucun will.i.am, aucun artiste qui s'imagine que la pop, ça se limite à un concours de beats.

 

Loreen, cette meuf bizarre et un peu goth qui gesticule telle la folle aux chats dans un remake de "Frozen", est désormais la one hit wonder dont tout le monde se souviendra en 2012. Mais surtout, "Euphoria" est une putain de bonne chanson.