red-velvet-ice-cream-cake

L'été dernier, la SM Entertainment, la plus grosse maison de disques coréenne, lance en fanfare son nouveau girlband, Red Velvet. On découvre leur premier titre, "Happiness", un petit tube k-pop sympathique mais qui ne hurle pas "NOUS SOMMES VOTRE NOUVEAU GROUPE PREFERE". Puis, plus rien ou presque.

 

Entre temps, leur agence décide de leur faire enregistrer une reprise pas vraiment mémorable, et de modifier le lineup d'origine en intégrant une cinquième fille. On se dit que ça cafouille un peu, comme c'est parfois le cas dans l'industrie musicale séoulite, toujours prompte à se lancer dans de faramineux projets qui finissent souvent par prendre la poussière sur une étagère après avoir floppé mollement. Ce ne sera pas le cas des Red Velvet.

 

Elles débarquent aujourd'hui avec un mini album, Ice Cream Cake. Le titre-phare est un vrai tube cette fois-ci, évident, accrocheur et sophistiqué, respectant à la lettre le cahier des charges de la bonne tuerie k-pop. L'autre extrait du disque, "Automatic", est une track r'n'b plutôt classe. Le clip de "Ice Cream Cake" nous montre les filles en goguette dans le désert californien, et force est de constater qu'elles possèdent déjà le charisme de leurs bankable copines de label les f(x) et Girls' Generation. Résultat : le titre cartonne dans les charts coréens, et elles gagnent chaque jour de nouveaux fans à travers le monde. On avait peut-être sous-estimé la SM : ils savent encore parfaitement ce qu'ils font.